Jean Messiha à Béziers : identité, citoyenneté et souveraineté au cœur de la campagne

Samedi 18 février, le Front National de l’Hérault a eu le plaisir de recevoir Jean Messiha, coordinateur du projet de Marine Le Pen et porte-parole des Horaces (groupe de travail composé de hauts-fonctionnaires et de cadres de grandes entreprises). Après avoir déjeuné avec notre allié Robert Ménard et notre Secrétaire départemental Gérard Prato, Jean Messiha a rejoint les militants héraultais (120 personnes environ) dans une salle aimablement mise à disposition par la municipalité de Béziers.

Le discours de Jean Messiha a d’abord porté sur la question identitaire, devenue centrale avec la montée du communautarisme et de l’islamisme. M. Messiha, arrivé en France à l’âge de 8 ans, s’est parfaitement assimilé et a pu poursuivre des études brillantes ( Sciences-po et ENA). Cette adhésion aux valeurs françaises, facilitée par la francophilie de sa famille, l’a conduit à soutenir publiquement Marine Le Pen, seule selon lui à pouvoir restaurer la fierté d’être français. M. Messiha constate à regret que la classe dirigeante ne l’a jamais incité à devenir un Français de cœur, bien au contraire. Depuis les années 1980, le “droit à la différence”, les campagnes de SOS Racisme et la repentance incessante, ont conduit une partie de la jeunesse à mépriser la France. C’est donc à contre-courant (“par contrebande”) que Jean Messiha, grâce à la littérature française et à l’histoire, s’est forgé un conscience nationale solide, “loin de la propagande relativiste et hédoniste”. Il y a bel et bien une identité française, que chacun doit défendre face aux assauts des islamistes et des mondialistes.

Jean Messiha a ensuite articulé l’identité avec la citoyenneté : le projet de Marine Le Pen vise à “redonner du contenu à la citoyenneté française” après la “terre brûlée idéologique de mai 68”. Alors que l’acquisition automatique de la nationalité et le dénigrement de nos racines ont créé une crise identitaire sans précédent, Jean Messiha a rappelé que la priorité nationale est une condition indispensable pour “refaire France“. En effet, il n’y a ni citoyenneté ni démocratie sans un peuple conscient de lui-même et doté de droits et d’avantages spécifiques. Il est normal qu’un citoyen soit prioritaire dans son propre pays. Sinon la notion de citoyenneté se vide de sa substance. Cette préférence de l’État pour ses propres citoyens, largement appliquée dans le monde, sera inscrite dans la Constitution grâce à Marine Le Pen. 

Enfin, M. Messiha a rappelé que sans souveraineté, aucune politique de redressement n’est possible. En effet, la France a été rabaissée au rang de “pays mineur”, c’est-à-dire sous tutelle, tel un enfant dépendant de ses parents. L’État français est aujourd’hui soumis à la bureaucratie de Bruxelles, à la Banque Centrale Européenne (BCE) et à l’OTAN. Notre pays est un “avion en pilotage automatique”, les “pilotes” (Sarkozy hier, Hollande aujourd’hui) ne contrôlent rien et se laissent guider vers la catastrophe. Il faut donc retrouver nos souverainetés (monnaie, frontières, budget…) sans quoi nous sommes condamnés à obéir à la Commission européenne. La souveraineté étant “la liberté collective d’un peuple”, rien ne se fera sans sortir de la prison européiste. 

Après son intervention vivante et très claire, Jean Messiha a répondu à certaines questions du public, portant notamment sur l’€uro. N’oublions pas que 90% des pays du monde ont une monnaie nationale ; la zone €uro est une anomalie politique et économique avec des résultats calamiteux. Retrouver une monnaie et une banque centrale libre de prêter à l’Etat (sans passer par les banques privées) ne serait qu’un retour à la normale et non une catastrophe.

Ce fût donc une très belle réunion politique en soutien à notre Présidente. Merci encore à Jean Messiha d’être venu partager avec nous ses connaissances et la vision de Marine pour la France et merci également à la mairie de Béziers pour son accueil.

 

 

Vous pourriez également aimer